GEMAPI

La CCHCPP a en charge la Gestion des Milieux Aquatiques et la Prévention des Inondations (GEMAPI) de son territoire intercommunal.

LES MILIEUX AQUATIQUES

Il existe différents types d'écosystèmes aquatiques présents sur le territoire intercommunal :
Les cours d'eau : ruisseaux, rivières
Les pièces d'eau : étangs, mares
Les autres zones humides : prairies humides, marais
Ces milieux humides sont regroupés en bassins versants. C'est pourquoi il est intéressant de gérer ces espaces par bassin versant.
Sur le territoire intercommunal, 4 bassins versants sont présents, associés chacun à une rivière :
  • La Canner au nord
  • La Bévotte au nord ouest
  • Le Ruisseau de Vallières à l'ouest
  • La Nied au sud
Pour exercer la compétence GEMAPI sur ces cours d'eau et leur réseau hydrographique, la CCHCPP fonctionne soit par délégation à un syndicat de rivière, soit en régie.
Ainsi,
  • La Canner est gérée par le Syndicat des Bassins Versants Nord Mosellan Rive Droite
  • La Bévotte est gérée par le Syndicat Mixte des Bassins Versants
  • La Nied est gérée par le Syndicat des Eaux Vives des 3 Nied (SEV3Nied)
Aucun Syndicat de rivière n'existant actuellement pour le Ruisseau de Vallières, la CCHCPP gère en direct ce bassin versant.

CHANGEMENTS CLIMATIQUES ET PHENOMENES DE RUISSELLEMENT/COULEES DE BOUES/INONDATIONS
 
De nombreuses communes de la CCHCPP, notamment les habitations, rencontrent depuis quelques années des problèmes d'inondation.
Ces problèmes sont notamment liés à des phénomènes de ruissellement, coulées de boue ou encore débordement de cours d'eau.
Deux études réalisées :
Ainsi, avant l'attribution de la compétence GEMAPI à l'intercommunalité en 2018, les communes de Retonfey et Montoy-Flanville ont démarré ensemble une étude de restauration et protection contre les inondations sur le bassin versant du ruisseau de Vallières. Par la suite, la CCHCPP a repris l'étude, achevée en 2018. Cette étude a permis de mieux connaitre les parcours de l'eau sur ces 2 communes lors d'épisodes pluvieux intenses et de définir les aménagements et actions d'entretien à réaliser dans le bassin versant du ruisseau de Vallières.
 
Aménagements/entretien
Les aménagements correspondent notamment à la mise en place de haies, bandes enherbées, fascines pour ralentir les écoulements et capter les particules. Parfois il peut s'agir de réaliser une zone de sur-inondation naturelle (permettant à l'eau de se stocker temporairement en amont des habitations) en herbe notamment. Il peut aussi être préconisé un changement du sens des cultures.
Les actions d'entretien concernent notamment les cours d'eau et leur végétation (ripisylve) pour retirer les éventuels obstacles à l'écoulement normal de l'eau.
Parfois, il est aussi question de renaturer le cours d'eau, c'est-à-dire revoir la forme de son lit : plus il y a de sinuosité (méandres), plus la vitesse d'écoulement de l'eau sera ralentie ; et également de remettre en place une ripisylve, qui permet non seulement de stabiliser les berges, mais aussi de recréer des habitats favorables à la biodiversité (végétale et animale).

En parallèle de cette étude, et au vu des communes impactées par des phénomènes de ruissellement/coulées de boue suite aux forts épisodes pluvieux du début d'année 2016, la CCHCPP a lancé, pour ses communes, une étude globale sur ces phénomènes.
Cette étude, achevée en 2018, a permis d'identifier sur chaque commune concernée par ces phénomènes des sous-bassins versants problématiques et les secteurs à enjeux. Elle a aussi permis de proposer pour chaque commune des actions, aménagements et dispositifs de protection notamment, à mettre en place pour aider à diminuer l'impact de ces phénomènes.

Une troisième étude en cours
Actuellement, la CCHCPP et Metz Métropole mènent ensemble une étude complémentaire sur l'ensemble du bassin versant du ruisseau de Vallières (étude de renaturation et de protection contre les crues par une gestion intégrée du bassin versant du ruisseau de Vallières).
Les communes de la CCHCPP concernées par cette étude, car situées en tête de bassin versant, sont (du nord au sud) :
Servigny-lès-Sainte-Barbe, Sainte-Barbe, Retonfey, Ogy-Montoy-Flanville, Coincy et Marsilly
Remarque : les communes de Retonfey et Montoy-Flanville ont déjà bénéficié de ce type d'étude. Les résultats sont pris en compte dans cette nouvelle étude.


Les rôles importants de la haie
Une haie, composée d'espèces locales et variées, constitue un corridor écologique très intéressant :
 
  • Abris pour les auxiliaires des cultures (coccinelles, chrysopes, perce-oreilles,…)
  • Refuge/alimentation pour la faune
Mais aussi une barrière :
 
  • Diminue l'effet du vent sur les cultures/pâtures
  • Ralentit et infiltre les eaux de ruissellement
  • Crée de l'ombrage pour les herbivores des pâtures
Et une ressource :
 
  • Fruits (en présence d'arbres fruitiers)
  • Bois (par l'utilisation des branchages issus de l'entretien de la haie)